Loi PACTE et entrepreneuriat: ce qui change pour les entreprises


La loi PACTE (Plan d’Action pour la Croissance et la Transformation des Entreprises) est entrée en vigueur en 2019 et apporte un certain nombre de modifications significatives pour les entrepreneurs. Que vous soyez dirigeant d’une entreprise existante ou porteur d’un projet entrepreneurial, il est essentiel de connaître les changements induits par cette nouvelle législation. Dans cet article, nous vous présentons les principales mesures et leurs impacts sur l’entrepreneuriat.

1. Simplification des démarches administratives

La loi PACTE vise à simplifier les démarches administratives liées à la création et à la gestion d’une entreprise. Plusieurs mesures ont été mises en place pour faciliter ces processus, notamment :

  • L’instauration d’un guichet unique électronique permettant de réaliser l’ensemble des formalités nécessaires à la création d’une entreprise en ligne.
  • La suppression de l’obligation de fournir un extrait Kbis pour certaines démarches, comme l’ouverture d’un compte bancaire professionnel.
  • La réduction du nombre de statuts juridiques pour les entreprises individuelles, avec la fusion du régime micro-entrepreneur et du régime réel simplifié.

Ces mesures visent à alléger le fardeau administratif pesant sur les entrepreneurs et à faciliter leur quotidien.

2. Souplesse dans la constitution du capital social

Auparavant, la constitution du capital social des sociétés commerciales nécessitait un apport minimal – par exemple, 7 500 euros pour une société à responsabilité limitée (SARL) ou 18 500 euros pour une société anonyme (SA). La loi PACTE supprime ces minima obligatoires, permettant ainsi aux entrepreneurs de choisir librement le montant du capital qu’ils souhaitent apporter lors de la création de leur entreprise.

De plus, cette réforme introduit la possibilité de constituer un capital variable pour les sociétés par actions simplifiées (SAS), offrant ainsi une plus grande flexibilité dans la gestion du capital au cours de la vie de l’entreprise.

3. Aménagement des seuils d’effectifs salariés

Les seuils d’effectifs salariés déterminent l’application de certaines obligations sociales et fiscales aux entreprises. Avec la loi PACTE, ces seuils sont harmonisés et simplifiés :

  • Le premier seuil est fixé à 11 salariés : il concerne notamment l’élection des représentants du personnel et l’obligation d’établir un règlement intérieur.
  • Le second seuil est fixé à 50 salariés : il implique par exemple la mise en place d’un comité social et économique (CSE).

En outre, ces seuils doivent désormais être franchis pendant cinq années consécutives pour que les obligations qui y sont liées s’appliquent. Cette mesure vise à donner plus de temps aux entreprises pour s’adapter aux nouvelles contraintes.

4. Renforcement du financement des entreprises

La loi PACTE cherche également à améliorer l’accès au financement pour les entreprises, notamment en développant l’épargne-retraite et l’épargne salariale. Plusieurs mesures ont été prises en ce sens, telles que :

  • La création d’un nouveau produit d’épargne-retraite, le Plan d’Épargne Retraite (PER), qui permet aux salariés et aux indépendants de se constituer une épargne à long terme avec des avantages fiscaux.
  • L’assouplissement des conditions d’accès au dispositif de l’intéressement pour les PME, afin de faciliter la mise en place d’accords d’intéressement et de participation.

Ces mesures visent à encourager les Français à investir dans les entreprises et à soutenir leur croissance.

5. Encouragement de l’innovation

Enfin, la loi PACTE entend favoriser l’innovation et la recherche au sein des entreprises françaises. Pour ce faire, elle prévoit notamment :

  • La mise en place d’un guichet unique pour accompagner les entreprises dans leurs démarches liées à la propriété intellectuelle (dépôt de brevets, marques, etc.).
  • La réduction des coûts et des délais de délivrance des brevets, afin de stimuler la compétitivité des entreprises innovantes.

Ces mesures visent à renforcer la capacité d’innovation des entreprises et à favoriser leur développement sur le marché national et international.

La loi PACTE apporte donc de nombreuses modifications pour les entrepreneurs et les entreprises, qu’il s’agisse de simplification administrative, de flexibilité dans la constitution du capital social, d’aménagement des seuils d’effectifs salariés, de renforcement du financement ou encore d’encouragement de l’innovation. Il est essentiel pour les dirigeants d’entreprises et les porteurs de projets entrepreneuriaux de bien comprendre ces changements afin de tirer pleinement profit des opportunités offertes par cette nouvelle législation.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *